Future maman : entretenez votre santé et celle de bébé grâce à l’homéopathie

Un mal de tête, un gros rhume ou des nausées peuvent tourner au cauchemar chez les femmes durant la période de grossesse. Ces futures mamans s’inquiètent toujours de leur santé et celui du bébé et ne savent pas se soigner de peur de mettre la vie du nourrisson en danger. La solution s’appelle « homéopathie » puisque selon de nombreux spécialistes, la médecine allopathique n’apporte pas souvent de réponse satisfaisante aux affections contractées durant la grossesse.

Réussir la grossesse avec l’homéopathie

La grossesse est toujours suivie de signes plus ou moins désagréable bien qu’il s’agisse d’un heureux évènement. Il est possible d’atténuer ces symptômes, notamment les plus gênants, grâce à la médecine douce pour mieux profiter de ce moment unique.

Elle est vécue difficilement pour un bon nombre de femmes puisque les multiples changements hormonaux entraînent souvent des malaises. La gestation déclenche en effet des nausées matinales incommodantes, des brûlures de l’estomac, des vomissements fréquents des douleurs lombaires plus ou moins intenses et cela outre les modifications physiques qu’elle occasionne.

Les médicaments homéopathiques peuvent être pris durant cette période pour atténuer les signes les plus gênants tout en favorisant le meilleur état de santé. Cette thérapie est en effet une option alternative si ces symptômes nécessitent un suivi médical très particulier.

L’homéopathie, la médecine sur mesure pour une femme enceinte

Il est toujours conseillé à une femme enceinte de prendre le temps d’observer les symptômes avant d’aller chez un spécialiste en la matière. Plus elle donne de détails bien précis à son médecin, plus l’indication sera appropriée à son cas et plus les traitements seront efficaces.

Cette médecine alternative fonctionne ainsi puisque chaque signe, aussi infime soit-il, est important et chaque réaction est prise en compte. Le traitement de la nausée, par exemple, n’est pas le même si elle survient après chaque repas ou tous les matins.

Elle est censée agir dans le plus bref délai et si au bout de 48 heures au maximum, le remède ne fait pas effet, cela veut dire qu’il ne correspond pas aux symptômes. Il faut donc retourner chez le spécialiste pour qu’il puisse prescrire un nouveau traitement sans danger pour la mère et son enfant.

L’homéopathie, la médecine sur mesure pour une femme enceinte

Utilisation des remèdes homéopathiques

L’utilisation de cette méthode n’est aucunement toxique pour la mère et encore moins pour le fœtus selon la confirmation des spécialistes. Rien n’empêche donc la future maman de recourir à d’autres traitements pour la compléter.

Soulager les vomissements et les états nauséeux

Plusieurs de ces médications douces sont utilisables tout au long de la fécondation pour lutter contre la nausée et le vomissement incessants. Il est cependant nécessaire de tenir compte des symptômes pour savoir lesquels choisir.

Il est également essentiel de savoir que les remèdes peuvent être pris plusieurs fois si c’est nécessaire sans qu’ils ne représentent aucun danger pour la future maman et son bébé. Faire dissoudre les granules dans de l’eau au lieu de les sucer est dans ce cas la meilleure des solutions pour plus d’efficacité.

5 granules de Cocculus Indicus 9 CH peuvent soulager un état nauséeux souvent aggravé par l’odeur du tabac ou par les mouvements. La prise peut se faire à chaque fois que le besoin se fait sentir. 5 granules de Colchicum sont par contre utiles si la nausée est déclenchée par des odeurs d’aliments.

En cas de sécrétion salivaire conséquente

Il est recommandé de prendre 5 granules d’homéopathie d’Ipeca à 9 CH si la nausée s’accompagne d’une sécrétion de la salive très abondante. Il est préférable de choisir 5 granules d’Iris Versicolor à 9 CH si le vomissement est très acide et qu’il survient après une sécrétion salivaire.

Le Kalium Carbonicum 9 CH, à raison de 5 granules à chaque prise, est nécessaire si la nausée est accompagnée d’une flatulence, de pyrosis (sensation de brûlure ressentie dans l’œsophage) et d’éructations.

Atténuer les nausées matinales

Les granules de Sepia Officinalis à 9 CH est nécessaire si la future maman ressent le « vide » au niveau de l’estomac tout en éprouvant plusieurs fringales durant la journée, spécialement des envies de nourritures ayant le goût aigre (la moutarde ou le vinaigre).

5 granules de Petroleum à 5 CH est le remède adapté si la femme enceinte présente des vomissements non alimentaires avec une sécrétion salivaire très abondante. Les granules de Petroleum à 5 CH sont utiles si le vomissement s’atténue après chaque repas.

Apaiser les contractions utérines

Il est important de faire une consultation en cas de contractions utérines pour que le médecin puisse prescrire le meilleur traitement. À prendre en note que dans cette optique, le traitement homéopathique ne peut en aucun cas remplacer le soin classique mis en place par les gynécologues.

Il aide par contre la patiente si son état de santé peut résister et qu’elle n’a pas besoin d’être hospitalisée. Les douleurs occasionnées par les contractions et leur fréquence peuvent être atténuées.

Il est donc possible de prendre le Caulophyllum Thalictroides à 9 CH et le Cuprum Arsenicosum 9 CH, à raison de 5 granules par prise, pour rétablir rapidement l’état de santé de la femme enceinte. La prise de ces deux remèdes doit se faire dès l’apparition des douleurs et des contractions.

Apaiser les contractions utérines

Atténuer la lombalgie et lutter contre la somnolence

Il est vivement conseillé de prendre de Kalium Carbonicum à 9 CH, à raison de 5 granules jusqu’à la fin de la période de grossesse pour apaiser les douleurs lombaires.

Une femme enceinte a toujours la sensation d’être fatiguée tout et éprouve le besoin de faire la sieste durant des heures. 5 granules de Nux Moschata à 9 CH sont à prendre 3 fois par jour pour éliminer cette somnolence et la sensation de fatigue.

Réduire le masque de grossesse et gérer la prise de poids

Il est possible de prendre 5 granules de Sepia Officinalis 9 CH pour réduire au minimum les taches brunes survenant sur le visage d’une femme enceinte à cause de l’exposition au soleil. Par contre, il faut prendre en note qu’il est important de protéger la peau en utilisant la crème solaire adaptée pour réduire leur apparition.

Il est normal qu’une femme prenne quelques kilos durant la grossesse, mais si la prise de poids s’accompagne d’une infiltration cellulitique et qu’elle devient excessive, il convient de prendre des Thuyas Occidentalis, à raison de 5 granules par jour jusqu’à la naissance du bébé.

Lutter contre une dépression du post-partum

Beaucoup de femmes ressentent toujours de la tristesse et de la déprime pendant les premières semaines suivant l’accouchement, car c’est une période qui occasionne plusieurs désagréments. Cet état dépressif peut les empêcher de mieux s’occuper de leur nourrisson.

La fatigue est intense, la mère a peur de ne pas savoir comment s’y prendre, les visites ne cessent de se multiplier ce qui la rend un peu nerveuse, elle a envie d’être tranquille et seule avec son petit : c’est le « baby blues ».Elles peuvent être atténuées, voir éliminée efficacement grâce à l’homéopathie, et cela sans effets secondaires sur le nouveau-né.

Il est pourtant possible de limiter les effets de la dépression en prenant 5 granules de Sepia Officinalis à 15 CH. La prise se fait par jour dès que les premiers symptômes apparaissent (dépression, tristesse, pleurs, etc.).

Il est essentiel de poursuivre le traitement pour l’amélioration de la mère, et cela jusqu’à ce que les symptômes associés à une dépression postnatale disparaissent totalement.

Traitement de l’alopécie du post-partum

Les chutes de cheveux sont fréquentes chez les femmes peu de temps après un accouchement. Il convient dans ce cas de prendre une bonne dose de Paratyphoidinum B 15 CH ou une dose d’Eberthinum 15 CH par semaine durant 2 mois d’affilés.

Le Phosphoricum Acidum à 15 CH, à raison de 5 granules par jour, est l’idéal si la chute de cheveux est accompagnée par une sensation de fatigue. Le Selenium Metallicum, à raison de 5 granules, par jour, doit être pris en cas de surmenage. La prise se fait jusqu’à la disparition totale des signes.

Traitement de l’alopécie du post-partum

L’homéopathie et le bébé

Le nourrisson est fragile avant son 3ème mois ce qui implique qu’il faut consulter un pédiatre périodiquement pour le suivi de son état. Il est plus facile de reconnaître une simple toux, rhume ou autres problèmes avec le temps.

L’homéopathie est bien appropriée à un bébé puisqu’elle est sans effets secondaires et soulage les maux qu’il peut rencontrer durant son développement.

Les coliques et l’homéopathie

Plusieurs nourrissons souffrent de coliques quelques jours après leur naissance puisque c’est à ce moment que leur appareil digestif se met en marche. Les coliques sont normales et disparaissent rapidement même si la douleur occasionnée est importante et angoissante.

Les remèdes adaptés pour ce genre de malaise sont le Magnésia Phosphorica 5 CH, le Magnésia Carbonica 5 CH, le Colocynthis 9 CH et le Cuprum Metallicum 5 CH. 5 granules de chaque médicament sont à diluées dans de l’eau avant de lui donner un biberon.

Comme l’homéopathie est une médecine qui se complète avec d’autres thérapies, il est possible d’ajouter un sirop Calmosine à ces prises (une recette de grand-mère).

La constipation

Les parents pensent souvent à tort qu’un nourrisson est constipé. Il est possible de parler de constipation s’il fait ses selles 3 ou 4 fois par semaine et si les selles sont dures. Il faut aussi prendre en compte qu’il fait caca souvent durant le premier mois et cela peut changer brusquement une fois qu’il a deux mois.

La médecine alternative propose le Magnésia Muriatica 5 CH à raison de 10 granules en présence d’une constipation passagère. Le Graphites 5 CH est préconisé si le bébé fait des selles un peu plus volumineuses que d’habitude.

En cas de toux

La thérapie dépend en général du type de toux présenté par le bébé. Un homéopathe prescrit souvent le Drosera en présence de toux sèche qui se manifeste particulièrement le soir. Le Cuprum Metallicum est par contre le plus adapté si la toux sèche est accompagnée d’une suffocation.

La toux grasse dépend principalement des symptômes puisque l’Ipéca est le médicament adapté si elle est accompagnée de vomissement lié à une allergie ou à un asthme. Le Kalium Bichromicum est idéal si la toux grasse est associée à des vomissements de glaires avec encombrement.

En présence du nez coulant

Le traitement à suivre pour le nez qui coule chez un bébé dépend notamment des signes, comme pour la toux d’ailleurs. L’Allium Cepa est plus efficace en présence d’écoulement nasal clair et qui ne présente aucun autre symptôme tandis que le Kalium Bichromicum est fait pour soigner un écoulement nasal purulent.

Apaiser le sommeil de bébé avec l’homéopathie

Il faut comprendre les problèmes d’endormissement du nourrisson pour pouvoir l’aider à avoir des nuits reposantes et sereines. Le Stramonium est le plus adapté si les troubles de sommeil sont liés à des cauchemars ou à la phobie du noir.

Le Coffea est indiqué si le bébé est énervé tandis que le Chamomilla est prescrit lorsqu’il est grognon à cause d’une douleur. Attention ! Ces médicaments sont donnés à titre indicatif et nul ne peut prescrire une ordonnance sans la consultation d’un spécialiste.

Condition de remboursement

Cette médecine naturelle est parfois dispensée par les médecins spécialisés. Certains gynécologues et sage-femme détiennent également une formation dans ce domaine et peuvent prescrire un traitement homéopathique.

Un gynécologue qui a une formation dans cette médecine naturelle peut faire payer le même coût que d’habitude même s’il indique à la femme enceinte un remède pour la première fois. Il faut cependant prendre en compte que les honoraires chez un généraliste homéopathe sont un peu plus élevés par rapport à ceux d’un praticien « traditionnel ».

La consultation est entièrement remboursée si elle est effectuée dans le cadre du suivi de grossesse tout en intégrant le rendez-vous mensuel préconisé. Sinon, il faut attendre le remboursement classique de la mutuelle et de la Sécurité sociale.

Les médicaments homéopathiques sont eux-mêmes remboursé actuellement à hauteur de plus de 30 % par la sécurité sociale.

Publicités