Fatigue, stress, surmenage : revigorez-vous avec l’homéopathie

Le traintrain quotidien laisse peu de place au repos pour beaucoup d’entre nous. Entre les personnes qui doivent cumuler plusieurs emplois pour arrondir les fins de mois et les autres qui évoluent dans un environnement de stress permanent, la fatigue aussi bien physique que psychologique concerne de plus en plus de personnes.

Soigner le stress, la fatigue et le surmenage avec l’homéopathie

Les conséquences de ces situations sur l’organisme et l’entourage ne sont pourtant pas négligeables. Si la gestion de la fatigue et du stress passe en général par de l’organisation et l’adoption d’une bonne hygiène de vie, l’homéopathie peut aussi constituer une aide précieuse. Découvrez comment.

La fatigue, est-ce vraiment grave ?

La fatigue est un mot qu’on entend souvent, mais qu’est-ce réellement ? Il s’agit surtout d’un symptôme. La fatigue désigne un ensemble de lassitude, de manque d’énergie et de motivation, d’une sensation de faiblesse physique ainsi que d’une diminution des capacités intellectuelles.

Dans la plupart des cas, elle est passagère après une période intense d’activité physique ou en réaction d’un manque de sommeil. Mais si le patient n’arrive pas expliquer sa sensation de lassitude ou si elle ne se dissipe pas après un repos, il est important de consulter car elle peut avoir des origines pathologiques.

Toutefois, ce qui nous intéresse c’est la fatigue réactionnelle, celle qui est causée par les contraintes du quotidien. Avec la société dans laquelle nous vivons, elle est fréquente. Les causes sont souvent le manque de sommeil, l’intensité du travail, le harcèlement moral, la perte d’un emploi ou encore le travail répétitif. L’état de fatigue s’exprime généralement par une baisse du tonus physique et mental, un trouble du sommeil, une perte de mémoire, de l’anxiété ou encore une sensation de malaise qu’on ne peut définir exactement. Elle affecte également les rapports de l’individu avec son entourage dans la mesure où il devient agressif. Elle peut aussi être associée à une baisse de la libido.

La fatigue, est-ce vraiment grave ?

La fatigue doit de ce fait être prise au sérieux. Si les causes ont un rapport avec le quotidien, une réorganisation de la vie s’impose pour en réduire les sources. La première règle est qu’il faut apprendre à dire non. Vous ne devez pas acceptez plus de travail et d’obligations que vous ne pouvez fournir. Il est aussi important de respecter les rythmes naturels du sommeil. Il faut savoir que c’est en début de nuit que le sommeil est le plus récupérateur. De ce fait, vous devez respecter votre heure de coucher. Par ailleurs, imposez-vous des moments de vraie détente. L’idéal serait d’en prévoir quelques minutes par jour. C’est le cas par exemple d’une petite sieste après le déjeuner.

L’homéopathie peut aider à lutter contre la fatigue. Le mieux est de consulter un médecin homéopathe, car la prise en charge d’un patient doit prendre en compte plusieurs aspects de sa vie et ses antécédents. Je suis un médecin généraliste orienté en homéopathie, je suis basé à Paris. Le traitement que je préconise est personnalisé pour chaque individu. Il n’est pas rare de voir des combinaisons de médicaments dans les prescriptions. Les traitements que j’administre à mes patients sont l’Argentum nitricum, l’Arsenicum album, l’Ignatia amara ou encore la Calcarea carbonica.

Le stress, un mal être que vivent beaucoup d’entre nous

Il y a des milliers d’années, l’homme était une proie comme une autre. En tant que tel, il devait se tenir prêt en cas d’attaque de prédateur. Son organisme s’est adapté à cette réalité. Le stress est en quelque sorte le fruit de cette adaptation. Il s’agit d’une réaction biologique dans laquelle le système nerveux réagit en sécrétant des hormones qui dopent naturellement afin de faire face à des situations d’urgence. Plus précisément, c’est le système nerveux autonome qui entre en action afin d’apporter une réponse dans les plus brefs délais. Cela permet à l’homme d’avoir un apport supplémentaire d’énergie nécessaire pour fuir ou affronter. On parle alors de stress aigu, il survient en deux temps. Il y a d’abord le choc où le taux de sucre dans le sang et le tonus musculaire s’effondre et où l’esprit s’embrouille. Ensuite, il y a la réaction avec la sécrétion d’adrénaline, les catécholamines aussi appelés « hormones du stress ». Cet apport d’adrénaline permet à la personne de décupler ses forces mentales et ph
ysiques. Seulement, ce régime de fonctionnement est éprouvant car très gourmand en énergie et les réserves mobilisables s’épuisent rapidement.

l’homéopathie soigner très bien le stress, la fatigue et le surmenage

En réponse à cela, le corps sécrète une autre hormone, « le cortisol », qui dégrade les protéines pour en faire des substrats d’énergie. Une fois la menace éloignée, tout redevient normal.

Le stress qui nous intéresse ici est le « chronique » qui touche près d’un Français sur deux. Lorsqu’il devient chronique, la sécrétion d’hormones impliquées dans la phase aigue perdure. Cela peut altérer la santé du concerné. En effet, la production de substrats énergétiques sous l’effet du cortisol se traduit par une augmentation du glucose et du cholestérol dans le sang. Voilà pourquoi le stress ouvre la voie aux maladies cardiovasculaires. Une personne dans la situation chronique voit donc la sécrétion de cortisol continuer. Elle est alors sujette à l’anxiété et à la dépression et entre dans ce que les spécialistes appellent la phase d’épuisement. En d’autres termes, le système nerveux réagit de façon excessive et épuise les réserves d’énergie du corps.

Le stress chronique est le résultat de l’incapacité de l’organisme à faire face aux pressions de l’environnement. Il se caractérise par une peur de ne pas pouvoir affronter certaines situations, quitte à nous rendre malade.

L’homéopathie est tout indiquée pour lutter efficacement contre ce mal, dans la mesure où elle prend en compte la psychologie des patients. Il est important pour les médecins homéopathes de déterminer l’origine du stress pour mieux le combattre. Cette médecine douce prévoit un traitement de fond, dont les plus courants sont l’Argentum nitricum pour les tempéraments pressés, le Phosphorus pour les caractères explosifs ou le Sepia pour les angoisses.

En tant qu’homéopathe, je peux aussi proposer des traitements de crise, comme le cas de l’Ignatia pour faire face à la contrariété, le Gelsémium sempervirens pour les anxiétés d’anticipation ou l’Ambra grisea pour avoir de l’assurance.

En puisant de manière incessante dans les réserves d’énergie, la personne touchée par le stress commence à manquer de sommeil et la récupération ne se fait plus correctement, la fatigue s’installe. Si cet état perdure, le concerné risque le surmenage.

Surmenage, le fond du trou

Vous l’avez compris, le surmenage concerne directement les personnes sujettes au stress chronique. Plus exactement, il survient lorsque l’organisme n’arrive plus à faire face à une situation devenue insupportable : l’organisme a atteint ses limites. Il s’agit d’un mal-être physique ou psychique, selon les causes du stress. L’exemple le plus fréquent lorsqu’on parle de cette pathologie est le burn-out. Il s’agit du surmenage en milieu professionnel. Il faut toutefois savoir qu’il est courant de se retrouver surmené lorsqu’on est face à un stress lié à la vie familiale ou à une difficulté financière.

Comment se manifeste –t-il ? Une personne surmenée passe par un état d’épuisement général et est sujette à des troubles du sommeil. Il se peut aussi qu’elle ait un sentiment d’angoisse permanent. Dans le pire des cas, le surmenage se manifeste par une dépression avec parfois des pulsions suicidaires. Sinon, le patient peut souffrir de douleurs au niveau du dos, des articulations ou des muscles. Il peut aussi avoir des migraines, des ulcères d’estomac, une prise ou une perte de poids.

Surmenage, le fond du trou

Une personne en situation de stress chronique peut voir sa vie fortement handicapée. En effet, non seulement elle est irritable, mais elle peut aussi avoir du mal à s’organiser et à se concentrer. Elle peut aussi avoir une piètre image d’elle. Le danger avec cette pathologie est que le concerné peut être tenté de consommer de l’alcool, des cigarettes voire de la drogue pour essayer d’oublier ses problèmes.

Pour lutter contre le surmenage, il est important de changer ses habitudes. Cela passe par une bonne hygiène de vie avec la pratique d’activité physique régulière comme la marche. Il est aussi important de se détendre avec des exercices de respiration. Le plus important est de savoir connaitre ses limites et de les respecter. Ainsi, au travail, il faut savoir déléguer et apprendre à dire « non ». Il est aussi important de savoir gérer son temps afin de s’accorder un peu de répit.

Normalement, le surmenage se résorbe avec la réduction du stress. La prise en charge de cette pathologie varie toutefois en fonction de son intensité et de ses causes. En cas de burn-out, un arrêt de travail peut être prescrit. Parfois, pour améliorer la qualité du sommeil, je peux prescrire de manière ponctuelle des anxiolytiques.

Je préconise aussi des exercices de relaxation ainsi que des remèdes naturels parmi lesquels les médicaments homéopathiques. Ainsi, pour soulager tout état de fatigue, il y a le Phosphorium acidum 5 à 9 CH.

Pour les troubles du sommeil et les fatigues intellectuelles, je propose le Gelsemium 9 CH. Sinon, si le surmenage intellectuel s’accompagne de troubles nerveux, j’administre de l’Ignatia 5 CH. En plus de soigner, l’homéopathie propose également des traitements pour la prévention. C’est le cas de la Silica 9 CH.

Publicités